Tristan et Isolde, R. Wagner (Théâtre Monnaie Bruxelles)

Viviez la passion de Tristan et Isolde de R. Wagner dans cette version proposée par le Théâtre de la Monnaie de Bruxelles.

Ci-dessous:

  • Le livret de Tristan et Isolde en Version Originale et Version française à télécharger (et à lire !) pour vous préparer à l'écoute
  • Un résumé acte par acte de l'argument
  • L'amour personnifié
  • Nos 3 clés d'écoute
  • Les informations pour vous regarder cet opéras

 
Livret à télécharger (et à lire !)

Cliquez ici (livret en VO et en français p. 39)


L'amour personnifié

Si un seul ouvrage devait personnifier l’Amour, ce sentiment dont l’art lyrique se nourrit et se délecte et qui, au siècle romantique, irradie sa chair et son sang, on peut parier que Tristan et Isolde de Richard Wagner remplirait le mieux ce rôle. A partir d’une action assez simple, réduite à quelques personnages essentiels, Wagner met en marche une autre action, intérieure, elle, tout entière centrée sur la passion de Tristan et d’Isolde – une passion murmurée par l’orchestre dès les premiers accords du Prélude, et dont le torrent voluptueux annonce vite l’issue fatale. Car l’amour de Tristan et Isolde dépasse de loin l’anecdote : derrière les regards embrasés des amants et l’impatience des corps, leur contemplation extatique aspire à une union qui ne peut se concevoir qu’au-delà de la vie ; en sondant la nuit, l’amour et la mort, Wagner explore l’incarnation mystique de la passion pure. L’opéra le plus brulant du répertoire et l’apothéose du drame musical.


Personnages

Tristan, neveu du roi Marc (ténor)
Isolde, princesse d’Irlande (soprano)
Marc, roi de Cornouailles (basse)
Kurwenal, écuyer de Tristan (baryton)
Brangäne, suivante d’Isolde (mezzo-soprano)
Melot, ami de Tristan (ténor)
Un jeune marin (ténor)
Un berger (ténor)
Un pilote (baryton)
Un timonier (basse)
Les marins, les écuyers et les chevaliers de Cornouailles (chœurs : ténors et basses)


Résumé

Tandis que Tristan ramène sur son navire la princesse Isolde, promise à son oncle le roi Marke, cette dernière se montre irritée par l’attitude apparemment dédaigneuse de Tristan à son égard ; en fait tous deux sont épris l’un de l’autre – mais leur relation est sans issue. En échangeant le philtre de mort par un philtre d’amour, Brangäne, suivante d’Isolde, ne fait que raviver la flamme des amants lorsque ceux-ci boivent la coupe, et c’est dans une ivresse foudroyante qu’ils abordent en Cornouailles. Malgré le mariage d’Isolde, la passion des héros s’épanouit dans le plus grand secret à la cour du Roi Marke ; mais lorsque Marke surprend le couple, il s’estime trahi, bouleversé par le geste de Tristan. Blessé mortellement par Melot, le vassal de Marke, que Kurwenal, le propre écuyer de Tristan, tuera à son tour, Tristan expirera dans les bras d’Isolde, accourue trop tard : la princesse s’abimera dans la mort, une mort d’amour, seule issue à son union mystique avec Tristan.

 

Acte 1

À bord d’un bateau, Tristan et son écuyer Kurwenal ramènent la princesse irlandaise Isolde, promise à Marke, le roi de Cornouailles. Alors que tous deux sont violemment épris l’un de l’autre, Isolde se montre agacée par l’indifférence que lui témoigne Tristan : elle expose à sa suivante Brangäne la situation sans issue de leurs rapports.
Alors qu’Isolde a ordonné à Brangäne de préparer un breuvage mortel pour elle-même et pour Tristan, Brangäne l’a remplacé par un philtre d’amour. Au moment où les amants le boivent, persuadés de l’issue fatale du poison, ils se perdent dans une contemplation mutuelle.


Acte 2

Durant une chasse royale, Tristan et Isolde se rejoignent secrètement, tandis que Brangäne fait le guet : Isolde est désormais l’épouse du roi Marke. Un duo fiévreux débute, au cours duquel les amants s’abandonnent à leur passion et en appellent à la mort, qui serait le comble et la délivrance de leur amour.
Alors que Brangäne avertit Tristan et Isolde du lever du jour, les amants oublient le monde qui les entourent : c’est ainsi qu’ils sont surpris par le roi Marke, subitement de retour. Dans un poignant monologue, Marke exprime sa douleur et son amertume devant la trahison de Tristan.

 

Acte 3

Melot, le vassal du Roi Marke, a mortellement blessé Tristan qui, veillé par Kurwenal, s’éteint lentement, souffrant aussi de l’absence d’Isolde. Lorsque la princesse arrive, il est trop tard, Tristan expire dans ses bras. Seule, dans la nuit et dans la mort, Isolde rejoint Tristan dans sa Liebestod, la « Mort d’amour ».


Nos 3 clés d'écoute

Chant du marin qui ouvre l'opéra après le prélude

Isolde, promise en mariage au roi Marc, et sa suivante, Brangaine, sont à bord du navire de Tristan qui fait voile depuis l’Irlande en direction de la Cornouaille. Entendant le chant d’un jeune marin, Isolde est convaincue qu’il se moque d’elle. Que remarquez-vous quant au rôle de l'orchestre ? :)

Écoutez ici


Solo cor anglais acte 3

Il est donné par un soliste sur scène, hors vue comme l'indique Wagner dans sa partition.
Ce célèbre solo de cor anglais du Berger fait depuis un siècle les délices des prétendants à ce pupitre aux concours d’orchestre du monde entier.
Un berger est chargé de surveiller la mer, et de jouer sur son instrument un air gai si un navire approche portant le pavillon d'Isolde, la seule à pouvoir sauver Tristan. Mais pour l'instant, il ne peut que jouer une triste et ancienne mélopée. Mélodie désolée, qui a pour fonction de « former » l’auditeur pour qu’il interprète correctement le retour de cette mélodie, plus tard, lorsque le Berger devra démentir ainsi l’arrivée de la nef d’Isolde.

Écoutez ici


Mort d'isolde

Écoutez l'orchestre (et pas que la voix..)

ISOLDE

"Doux et serein, comme il sourit, comme il ouvre les yeux avec grâce... le voyez-vous, amis? Ne le verriez-vous pas? 
Toujours plus lumineux, 
comme il illumine,
et s’élève, 
reflet des étoiles!
 Ne le voyez-vous pas?
 Comme son cœur
 se dilate bravement,
la plénitude
 jaillit en son sein !
 Comme ses lèvres,
 avec une douceur délicieuse,
exhalent tendrement
un souffle suave...
Amis! Voyez!
Ne le sentez-vous pas 
et ne le voyez-vous pas ? Suis-je seule à entendre cette mélodie
 qui avec la douceur 
d’une plainte si merveilleuse et douce,
disant tout, réconciliant, tirant d’elle son chant,
me pénètre,
s’élève,
retentit si juste, 
vibre autour de moi? 
Sonores et claires,
ondulant autour de moi, sont-ce des vagues,
de douces brises?
 Sont-ce les ondes 
de délicieux effluves ? 
Comme ils s’enflent
et m’entourent de murmures. Dois-je respirer ? 
Dois-je prêter l’oreille ?
 Dois-je savourer,
 me noyer, m’engloutir ? M’exhaler
 en douceurs suaves ? 
Dans le flot qui ondule,
dans les sons qui modulent, dans la respiration de l’univers, sous le souffle du tout...
se noyer,
sombrer...
inconsciente...
extrême plaisir!"

(Comme transfigurée, Yseut s’effondre doucement sur le corps de Tristan. Émotion et saisissement de tous les assistants. Marc bénit les cadavres. Le rideau tombe lentement.)

Écoutez ici


Regarder Tristan et Isolde

Pour sélectionner les sous-titres en français, cliquez sur la roue crantée et choisissez sous-titres. Si le français n'apparait pas, choisissez Traduire automatiquement et choisissez le français :

Cliquez ici

 

Écouter, cela s'apprend, Formation en ligne accompagnée

Si vous aimez la musique classique, apprenez à ne plus passer à côté des œuvres que vous écoutez. Je vous accompagne individuellement tout au long des 6 mois de formation, vous êtes ainsi assurés de progresser et de vivre des plaisirs d'écoute que vous ne soupçonnez pas.

Cliquez ici